Pourquoi ?


Comme près de deux milliards d’êtres humaine·e·s, en mars dernier je me suis retrouvée confinée chez moi. cela a engendré beaucoup de bouleversements dans mon quotidien, mon rapport au monde… J’ai été traversé par beaucoup d’émotions différentes, de l’angoisse, de la joie, de la tristesse, de l’incompréhension. Des émotions tirant parfois sur le négatif, d’autres fois sur du franchement positif. Et comme je suis curieuse, j’aime me questionner, je n’ai pas cessé de me poser des questions.
Où va-t on ? Mais pas comme les vieux râleurs, où va-t on sérieusement, pourquoi, collectivement, individuellement ? Que puis-je faire à mon échelle ? C’est quoi la suite ? Est-ce que l’on peut encore éprouver la solitude à l’époque de réseaux sociaux qui nous relient au monde entier? C’est quoi, créer des liens avec les autres ? Pourquoi ? Comment je les entretiens ? Est-ce que j’aime être seule ou pas ? Est-ce que j’ai envie d’aller cultiver des poireaux au fond de la campagne avec des ânes ? Est-ce que j’aime ma vie d’avant ? Est-ce que j vais changer ?
Beaucoup beaucoup de questions et malgré plusieurs semaines de confinement, je n’ai pas de réponse. Et c’est pas grave.
Par contre, j’ai envie de parler. J’ai envie de rassembler De rassembler les solitudes, parce qu’on n’est jamais vraiment seul. Parce que c’est commun, on s’est tous et toutes senti·e·s seul·e·s un jour. Et peut être encore maintenant.

Nous vivons une situation inédite, globale, mondiale. Aucun élément auquel se référer pour se rassurer, rien de tel jamais dans l’histoire. Juste nos peurs et nos spéculations.

J’ai envie de rencontrer des gens, de discuter de tout ça, pèle-mêle..
Je travaille sur le quotidien, la vie de tout les jours. Tout est art pour moi, même une vieille paire de chaussette. Tout compte ou a compté.
Je lance donc cette collecte de parole, Un élan, un appel collectif. Une collecte de parole, de sensations, un appel au partage. Qui va durer un ou deux ans, je ne sais pas. J’ai décidé, après le confinement de ne plus courir après le temps.

Avec toutes ces paroles, vos paroles, je vais faire quelque chose. J’imagine un spectacle, mais peut être un film ou un livre. Un recueil, un souvenir. Parce que nos échanges vont compter et qu’il faut qu’on en garde quelque chose.

C’est un projet mouvant, en évolution constante, et on verra bien où il me mènera. Où ils nous mènera.
Pour montrer que l’humanité continue d’avancer.
Pour montrer que nous sommes pluriel.lle.s.
Parce que nous sommes là. Ensemble. Individuel.lle.s